Un homme pressé, la comédie à aller voir pour pleurer de rire !

Hello tout le monde,

On se retrouve aujourd'hui pour un nouvel article films. Il y a quelques jours j'ai eu la chance d'aller voir en avant-première le nouveau film de Hervé Mimran : Un homme pressé. Etant une grande fan de Fabrice Luchini je ne pouvais qu'accepter l'invitation ! Depuis petite, je suis fan de cet acteur français. Je trouve qu'il manie la langue française à la perfection, c'est peu être dû à sa passion pour Flaubert ou Balzac ? Toujours est-il que ce rôle lui va comme un gant puisqu'il joue en quelque sorte son antihéros !

  • Synopsis
Alain est un homme d'affaires respecté notamment par ses talents d'orateur brillant. Le temps a tendance a lui manquer, il court donc constamment après lui. Sa vie est organisée au millimètre près. Il n'y a pas de place pour les loisirs ou pour la famille. Suite a un accident cérébral, il est stoppé dans sa course folle. Il s'en sort avec de profonds troubles de la parole et de la mémoire. La rééducation est prise en charge par Jeanne, une jeune orthophoniste de l'hôpital. Mais elle ne se fait pas aussi rapidement qu'Alain le souhaiterait. À force de travail et de persévérance, Jeanne et Alain vont apprendre à se connaitre et vont tenter de se reconstruire en prenant le temps de vivre.  

  • Le sens des mots a-t-il réellement une importance ?
Tout au long de sa convalescence, on s'aperçoit qu'Alain a complètement perdu le sens des mots. Il emploie "salope" au lieu de "galope" pour dire qu'un cheval court. Il cafouille et appelle la Chine un pays émergeant. Bref on se rend rapidement compte, qu'il confond et créé des jeux de mots à ses dépens. Résultat ses interlocuteurs le comprennent quand même, et même nous spectateur nous nous prenons au jeu de traduire ses phrases, au point de ne même plus faire attention aux erreurs qu'il fait. Dans la vie de tous les jours, chaque personne accorde plus ou moins de l'importance au sens des mots. Certains font attention à l'orthographe, à la grammaire, à la conjugaison et d'autres beaucoup moins. Le langage est un mode de communication que nous employons tous et pourtant il est propre à chacun de nous et notre rapport à la langue est également très personnel.


  • Le rapport à la maladie
Même si le sujet principal du film n'est pas la maladie, il nous pousse forcément vers le rapport que nous avons chacun à la maladie. Suite à son accident cérébral Alain est lui-même confronté à la maladie, il doit l'accepter. Ses collaborateurs, sa famille, les inconnus, chaque personne réagit différemment à son handicap. En visionnant le film, je me suis donc demandée quel rapport j'aurai moi face à cette maladie, cet handicap. Comment j'accepterai le regard des autres sur moi.

  • Mon avis
J'ai tout simplement adoré ce film. J'ai souvent peur avec les comédies de tomber sur des films où la bande-annonce résume le film et les blagues. En réalité la bande-annonce d'un homme pressé cache bien l'histoire. C'est un peu comme la pointe d'un iceberg. J'ai pleuré de rire face à des jeux de mots, et j'ai passé un super moment. Je pense qu'il est important de savoir rire face à des moments dramatiques, et le réalisateur a su dédramatiser la situation. Lors de l'avant-première des orthophonistes étaient présentes et ont confirmé que le film ne détériorait pas leur travail. Je trouve que c'est également un excellent point pour la marque puisqu'il met en avant ce métier encore peu connu.


En conclusion, je vous recommande vivement ce film qui vous fera réfléchir aussi bien sur votre rapport à la maladie que votre rapport à la langue française. Vous passerez un bon moment et avec la grisaille que nous avons en ce moment vous serez reboosté pour affronter l'arrivée des jours qui se réduisent.

Avez-vous vu un homme pressé ? Que pensez-vous de la bande-annonce ?

À bientôt,


Julie Rose
* invitation à l'avant-première

1 commentaire:

  1. Ah super chouette je ne savais pas quoi aller voir
    Et j'adore tellement Luchini
    Merci pour la recommandation!

    RépondreSupprimer

Fourni par Blogger.